En cette période de canicule sur la France, restons dans l'ambiance iodée et rafraichissante de Noirmoutier. C'était il y a quelques années, à l'automne, début octobre... petit pêle-mêle maritime :

2014-10-03-P1300583

 

 

2014-10-03-P1300821

 

 

2014-10-03-P1300584

 

 

2014-10-03-P1300596

 

 

2014-10-03-P1300608

 

2014-10-03-P1300622

 

 

2014-10-03-P1300625

 

 

2014-10-03-P1300627

 

 

2014-10-03-P1300719

 

 

2014-10-03-P1300730

 

 

2014-10-03-P1300732

 

 

2014-10-03-P1300733

 

 

2014-10-03-P1300734

 

 

2014-10-03-P1300735

 

 

2014-10-03-P1300740

 

 

2014-10-03-P1300741

 

 

2014-10-03-P1300746

 

 

2014-10-03-P1300748

 

 

2014-10-03-P1300668

 

 

2014-10-03-P13007522014-10-03-P1300666

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2014-10-03-P13006612014-10-03-P1300787

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2014-10-03-P1300803

 

 

2014-10-03-P1300853 (2)

 

 

2014-10-03-P1300856

 

 

P1300850

 

 

2014-10-03-P1300868

 

 

"Tu sais ce qui est beau, ici ? Regarde : on marche, on laisse toutes ces traces sur le sable, et elles restent là, précises, bien en ligne. Mais demain tu te lèveras, tu regarderas cette grande plage et il n'y aura plus rien, plus une trace, plus aucun signe, rien. La mer efface, la nuit. La marée recouvre. Comme si personne n'était jamais passé. Comme si nous n'avions jamais existé. S'il y a, dans le monde, un endroit où tu peux penser que tu n'es rien, cet endroit, c'est ici. Ce n'est plus la terre, et ce n'est pas encore la mer. Ce n'est pas une vie fausse, et ce n'est pas une vie vraie. C'est du temps. Du temps qui passe. Rien d'autre."

Alessandro Baricco, écrivain, musicologue et homme de théâtre italien contemporain, dans "Océan mer"