Qui dit "été" dit "fête de la musique". Voilà venu le temps de nous trouver la petite musique qui accompagnera notre été 2016.

 

Pour ma part, j'ai eu la révélation en entendant cette chanson à la radio il y a quelques semaines :

 

 

 

Bien-sûr, je la connaissais, c'est une reprise ! Mais cette version m'a parue particulièrement incroyable (vous savez, quand on entend quelque chose pour la première fois à la radio et qu'on s'arrête net dans ce qu'on était en train de faire tellement ça vous saisit). Après recherche, j'ai découvert que c'était Pauline Croze qui l'interprètait. Cela s'appelle "La chanson d'orphée". Dans les interviews, Pauline Croze raconte que cette chanson fut pour elle un choc musical et l'origine de son projet autour des musiques brésiliennes. En entendant sa façon de la chanter, j'ai aussi eu une sorte de choc musical !

Cette chanson fut crée en 1959 pour le film (Palme d'Or 1959 à Cannes) "Orfeu Negro" de Marcel Camus qui revisitait le mythe d'Orphée en le transposant à Rio de Janeiro. Elle avait pour titre "Manhã do Carnaval". Elle a ensuite fait le tour du monde puisqu'il en existe même une version japonaise d'après Wikipédia. De Franck Sinatra à Keren Ann, en passant par Paco de Lucia, Pavarotti and friends, Stan Getz ou Joan Baez, Dalida, Tino Rossi, Jean Sablon jusqu'à Quincy Jones et tant d'autres, dans tous les pays des interprètes ont porté depuis plus de 50 ans cette mélodie envoûtante devenue un classique.

 

J'ai un peu honte car, bien que connaissant le nom de Pauline Croze, et sachant qu'elle est venue faire des concerts dans la région donc accessibles pour moi, jamais je ne m'étais intéressée à ce qu'elle fait. J'ai été complètement conquise par sa voix sur tout cet album qui s'appelle "Bossa Nova" et qui compile onze monuments de la chanson. Cet album est bien parti pour accompagner mon été 2016 !

 

 

Voici quelques extraits :

 

Une autre version de "la chanson d'Orphée", en acoustique cette fois et avec Mario Broder :

 

 

 

"Les eaux de Mars", de notre regretté Georges Moustaki :

 

 

"La rua madureira", chanson qu'on a connue par la voix de Nino Ferrer, version acoustique :

 

 

 

"Samba Saravah" :

 

 

 

Et pour terminer, une chanson que tout le monde connaît, fredonnée mille fois, et dont les paroles nous sautent à la figure tant elles sont actuelles, "Voce abusou" :

 

" Mais je suis seul dans l'univers
J'ai peur du ciel et de l'hiver
J'ai peur des fous et de la guerre
J'ai peur du temps qui passe, dis
Comment peut on vivre aujourd'hui
Dans la fureur et dans le bruit
Je ne sais pas, je ne sais plus, je suis perdu"

 

Ce texte des années 70 nous évoque immanquablement tous ceux qui sont sans repères dans ce monde, mais décrit également notre sentiment quand la violence éclate un peu partout aujourd'hui. Et, en cette semaine commencée par la Journée Mondiale des Réfugiés lundi 20 juin, il nous rappelle le sort des déracinés. Lundi donc, le HCR (Haut Commissariat aux Réfugiés) présentait un rapport qui nous apprenait que 2015 avait été l'année de tous les records : avec 65.3 millions de déracinés, c'était donc à peu près l'équivalent de la population française, ou bien 1 habitant de la planète sur 113 qui avait du quitter son chez-lui à cause de conflits et persécutions. Dit d'une autre façon, à chaque minute de 2015, c'est une moyenne de 24 personnes qui avaient du s'enfuir pour essayer de sauver leur vie ! Parmi ces gens, 51 % d'enfants, dont beaucoup sont séparés de leur famille et "voyagent" seuls....  Des chiffres qui donnent à réfléchir (source : ici) ...

 

Toutes les chansons de l'album "Bossa Nova" de Pauline Croze sont à retrouver chez votre vendeur de musique habituel et sur vos sites musicaux préférés, comme ici (il faut avoir un compte -gratuit- pour se connecter) :

 

 

 

 

Bonne écoute ... Qui sait, vous y trouverez peut-être votre chanson de l'été 2016 !

PaulineCroze-BossaNova