Ce dimanche, nous avons eu la chance d'accueillir dans la région la troupe qui parcourt la France avec une pièce de théâtre intitulée "Les coquelicots des tranchées". Je dis "la chance" car cette pièce a connu un grand succès et a été doublement récompensée : 

"Molière 2015 du meilleur spectacle de théâtre public" 

"Prix du public 2014 au Festival Off d'Avignon" (élue parmi les 1 200 spectacles proposés à Avignon cette année-là).

 

Voici la bande-annonce de la pièce : clic

 

Le texte de présentation est le suivant :

Les coquelicots des tranchées est la fresque d’une guerre, celle de 1914-1918, où durant quatre années de combats ininterrompus, toutes les familles de France donnèrent un fils à la patrie.

Près d’un siècle plus tard, nous, descendant de ces enfants morts pour la France, avons souhaité concrétiser un désir commun, raviver la mémoire d’un passé oublié ou méconnu, par la représentation théâtrale.

Notre attention s’est portée sur les conséquences d’une tuerie où la vie paisible de millions d’hommes, de femmes et d’enfants fut brutalement emportée par la tornade d’une collectivité guerrière sans précédent dans l’Histoire.

Sans juger ni absoudre les comportements de cet échantillon d’humanité, Les coquelicots des tranchées, épopée des temps modernes, est un sujet fort, digne d’intérêt et plus que jamais d’actualité.

Le rôle du théâtre est de constater et d’éclairer des moments historiques, pour redonner vie à ceux dont le rôle fut déterminant dans la sauvegarde de notre Liberté. Par le théâtre, nous croyons à la possibilité de raviver les mémoires des spectateurs.

Nous avons donc imaginé une histoire qui associe le plaisir du divertissement tout en ouvrant l’âme et l’esprit. Ils seront 12 comédiens à interpréter tous les rôles, capables de toutes les prouesses pour vous captiver, vous faire rire, vous émouvoir. Cette pièce, exempte d’unité de lieu, de temps et d’action, est une gageure à la mise en scène et au jeu. Tous ces éléments feront que ce spectacle sera « spectaculaire » !

 

La note d'intention de la co-auteur Georges-Marie Jolidon est tout aussi intéressante dans son propos :

« La guerre de 14-18 a retenu les noms des généraux et hommes politiques qui dirigèrent la France ces années-là, mais passe sous silence la lutte quotidienne des femmes de l’arrière et l’horreur vécue par les hommes sur le front durant quatre années de guerre. Le marbre des monuments ne garde pas trace de leur souffrance, de leur peur et du sang versé par ces acteurs anonymes qui ont fait l’Histoire.

Lorsque Xavier Lemaire m'a proposé d'écrire une pièce sur la guerre de 14-18, j'ai d'emblée accepté. Pacifiste convaincue, descendante d'un soldat qui a "fait Verdun", j'ai voulu, avec Les Coquelicots des Tranchées, rendre hommage à cet aïeul inconnu et à ses camarades de misère ; à leur esprit de sacrifice, leur bravoure et l'héroïsme quotidien dont ils ont fait preuve au cours des 52 mois que dura ce monstrueux conflit ; à leurs familles de l'arrière qui ont participé à l'effort de guerre et payé le prix du sang. J’ai voulu donner la parole à ceux qui ont sacrifié leur vie pour nous permettre de vivre la nôtre. C'est l'honneur du théâtre de donner à entendre les voix de ces acteurs anonymes qui ont fait l'Histoire. Ceux-là même qui nous ont légué la liberté pour héritage. Plus qu’une œuvre de mémoire, c’est un regard attentif posé sur la condition humaine confrontée à la barbarie. »

Au Festival d'Avignon en juillet 2014 :

 

 

 

La remise du Molière 2015 diffusée par France Télévisions :

 

 

 

Dans cette vidéo de France 3 Ile de France, on pénètre un peu dans la coulisse et les comédiens rappellent combien le message de cette pièce reste actuel :

 

 

Dans le rôle de Gertrud, nous n'avions pas la comédienne présente dans la vidéo d'Avignon ci-dessus (Michèle Simonnet), mais Bérengère Dautun (76 ans !!!), sociétaire de la Comédie Française (clic) et épouse à la ville du grand chirurgien le professeur Christian Cabrol. A l'occasion d'une autre pièce qu'elle a jouée, on peut lire ceci sur un site spécialiste de théâtre :

A chaque fois que l’occasion nous est offerte d’applaudir cette grande dame du théâtre, ancienne du Français, nous savons avant même le lever du rideau que la soirée ne sera pas perdue. Car quelle que soit la qualité de la partition dont elle a la charge, plus ou moins grande, plus ou moins convaincante, Bérengère Dautun lui insuffle sa force incroyable, son interprétation viscérale, chirurgicale, imparable. Splendide, saisissante, flagrante…(source : site "fous de théâtre.com ).

 

En ce qui concerne mon avis sur la pièce, je dois d'abord avouer que, vu les évènements actuels, je n'étais plus très motivée pour me pencher sur la guerre de 14 ce dimanche après-midi.  En entrant dans la salle, on nous a remis un prospectus avec l'arbre généalogique de la famille Lesage ainsi qu'une petite présentation des personnages. A ce moment-là, je me suis dit que ça devait être compliqué à suivre et qu'il allait falloir s'accrocher pour y comprendre quelquechose ...

Et puis, j'ai été finalement complètement emportée par la pièce. Il faut dire que 12 comédiens pour 40 rôles à jouer, 22 changements de décor dans un rythme endiablé, 60 costumes pour des scènes qui nous emmènent de la ferme familiale aux tranchées, du QG des généraux au coeur de l'infirmerie de campagne et même à l'Assemblée Nationale, tout cela contribue à ce qu'on ne voie pas le temps passer dans un spectacle qui dure pourtant plus de deux heures.

J'ai été bluffée par les performances des comédiens; j'ai adoré le côté humaniste de la pièce et l'antimilitarisme affiché, certaines petites phrases bien pensées que j'aurais aimé noter pour m'en souvenir. Le personnage particulièrement odieux joué par Bérangère Dautun nous rappelle que ceux qui nous paraissent incompréhensibles dans la vie ont parfois vécu des tragédies qui les ont vidé d'une part de leur humanité. Il est toujours bon de se le rappeler... Et puis, il y a aussi de l'humour dans les dialogues, ainsi que dans la surprise que provoque l'arrivée de Clémenceau dont la tête est faite d'un cul de casserole sur lequel on a collé un balai pour figurer sa célèbre moustache !

J'ai lu/entendu que c'était long, mais je n'ai absolument pas eu ce ressenti tant c'est rythmé, que c'était violent mais n'oublions pas que la guerre ça l'est forcément : sans le sang, la souffrance, le bruit des combats, ça n'aurait eu aucun sens. Il est quasi impossible de retenir ses larmes à plusieurs moments. Et puis, à noter la finesse sur certains passages, comme la scène de chambre du couple, pas facile à rendre au théâtre pour que ce soit intime et réaliste. C'était très très bien fait...

Le seul petit bémol à signaler est un problème de sonorisation. Moi j'étais très bien placée, au troisième rang, mais déjà j'ai eu une gêne car les nombreux changements de décor entraînent des bruits qui couvrent un peu les voix des scènes en cours dans un coin ou l'autre du plateau. A la sortie, en en discutant avec des personnes placées au 15è rang, j'ai constaté qu'effectivement les spectateurs n'avaient pas pu tout bien entendre. Dommage, je ne sais si ça vient du revêtement de sol de cette scène ou si le problème a été le même dans toutes les salles où la pièce a été jouée...

 

Les-Coquelicots-des-tranchées

 

 

En complément d'information, pour ceux qui auraient vu la pièce où la verront, un document très complet se trouve ici , et à voir par là les très beaux portraits faits de chaque personnage par le photographe vendéen Stéphane Audran.

 

La pièce se joue encore en décembre dans diverses villes de France, n'hésitez pas à consulter les programmes de vos salles de spectacles. La dernière représentation aura lieu à Boulogne Billancourt le 16 décembre 2015. En allant sur la page facebook de la troupe, j'ai appris que les représentations vont cesser en 2016 : il y est écrit que la co-auteure refuse de leur laisser les droits à partir de janvier. Je ne sais la raison de ce refus, mais quel dommage car c'était une pièce qu'il est important de voir, et de montrer dans les écoles  ... une pièce nécessaire pour nos mémoires.

 

De Georges-Marie Jolidon et Xavier Lemaire /
Mise en scène : Xavier Lemaire  
Avec : Bérengère Dautun, sociétaire de la Comédie Française, Sylvia Bruyant, Christophe Calmel, Marion Champenois, Eva Dumont, Franck Jouglas, Céline Mauge, Didier Niverd, Manuel Olinger, Thibault Pinson, Vincent Viotti, Philipp Weissert.

 

 

Et vous, passionnés de théâtre ou pas du tout tentés ? Y'a t'il des pièces qui vous ont marqué ?