L'actualité de ces derniers mois questionne notre humanité. Le film de Yann Arthus-Bertrand tombe au bon moment pour remettre face à la réalité tous ceux qui se sont égarés au pays des Bisounours ou inversement dans une spirale haineuse contre tous ceux qui semblent différents de nous.

Six ans après "Home", son film écologiste, Yann Arthus-Bertrand s'est cette fois penché sur les habitants de cette planète qu'il a si souvent filmée. Ce travail lui a pris 3 ans dont 2 années passées à interviewer plus de 2 000 personnes dans 60 pays et 63 langues différentes. L'objet du film est de proposer un instantané de l'humanté d'aujourd'hui. 110 personnes ont été choisies dans la multitude d'interviews réalisées (la plupart sont des inconnus, mais on reconnait le président atypique de l'Uruguay, et Philippe Croizon ce français amputé des 4 membres qui a traversé la Manche à la nage en 2010. A noter que Bill Gates ainsi que le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon n'ont pas été validés au montage). Les 40 même questions ont été posées à chacun des interviewés à travers le monde; elles leur ont permis de s'exprimer sur ce qu'est leur vie aujourd'hui, ce que sont leurs espoirs, leurs drames et leur vision du monde actuel. Les thèmes abordés sont variés et font le tour de notre condition humaine : la guerre, l'amour, la famille, la sexualité, le bonheur, la mort ...

 

 


 

"Je suis un homme parmi 7 milliards d’autres. Depuis quarante ans, je photographie notre planète et la diversité humaine et j’ai le sentiment que l’humanité n’avance pas. On n’arrive toujours pas à vivre ensemble.

Pourquoi ?
Ce n’est pas dans les statistiques, dans les analyses que j’ai cherché la réponse, mais dans l’homme. C’est dans les visages, les regards, la parole que je vois aujourd’hui une façon forte de plonger au fond de l’âme humaine. Chaque rencontre te fait avancer. Chaque histoire est unique. En me plongeant dans le vécu de l’Autre, j’avais envie de comprendre.

Avons-nous tous la même soif d’amour, de liberté et de reconnaissance ? Dans un monde tiraillé entre la tradition et la modernité, nos besoins immuables restent-ils les mêmes ? Et au fond, qu’est-ce qu’un être humain aujourd’hui ? Quel est le sens de sa vie ? Nos différences sont-elles si grandes? Ne partage-t-on pas plus de valeurs qu’on ne le croit ? Et si oui, pourquoi n’arrive-t-on toujours pas à se comprendre ?

J’avais envie de poser toutes ces questions, de parler de l’humanité. Un pari fou, utopiste. Avec mon équipe, nous nous y sommes lancés avec beaucoup d’humilité, de modestie.

Pendant deux ans, nous avons parcouru 60 pays, fait plus de 2 000 interviews... pour aller à la rencontre des autres. Ceux dont on parle et surtout ceux dont on ne parle jamais. Ceux qui, pour la première fois, racontaient leur vie.

J’ai rêvé d’un film où la force des mots résonne sur la beauté du monde.

En mettant au coeur du film les maux de l’humanité – la pauvreté, la guerre, l’immigration, l’homophobie –, j’ai fait des choix. Engagés, politiques. Mais les hommes m’ont parlé de tout : de leur difficulté de grandir comme de l’amour ou du bonheur. C’est toute cette richesse de la parole humaine qui est le coeur de Human.

Ce film porte la voix de tous les hommes et toutes les femmes qui m’ont confié leur histoire. Il s’en fait leur messager. J’ai fait l’oeuvre dont je rêvais, mon souhait le plus cher est que tout un chacun s’en empare à sa façon, organise des projections et devienne un ambassadeur du vivre ensemble !"

Yann Arthus-Bertrand


 

Chaque personne est filmée en très gros plan, sur un fond noir, ce qui nous permet de vivre un véritable tête à tête avec ces hommes et ces femmes si différents de nous et pourtant tellement semblables avec leurs joies et leurs peines. On est souvent au bord des larmes, on rit aussi, on s'interroge, on est dérangés face à des destins qui ont basculé dans une autre réalité parce que la violence de la vie déclenche des mécanismes inhumains... Ce défilé de témoignages est entrecoupé des magnifiques images vues du ciel qui ont fait la réputation photographique de Yann Arthus-Bertrand.

 

Voici la bande-annonce du film :

 

 

 

Comme pour "Home", les moyens ont été mis pour que cette oeuvre soit largement diffusée :

  • Le film est projeté dans 500 salles dans toute la France depuis le 12 septembre, et même dans nos petites salles de campagne ! Il a également bénéficié d'un lancement hors-norme le jour de sa sortie avec une projection à New-York dans l'enceinte des Nations-Unies, une autre à la Mostra de Venise et également le même jour à la Fête de l'Humanité à La Courneuve.
  • Il est mis  gratuitement à disposition des associations, et diffusé gratuitement également sur Youtube.
  • France Télévision propose une semaine spéciale "Human" fin septembre dont le point fort sera une grande soirée spéciale, de 20 h 50 à 4 heures du matin le 29 septembre sur France 2 avec la diffusion du film et d'autres documents en lien avec ce projet :
        - Mardi 29 septembre 2015 à 20h55 : HUMAN
         
        - Mardi 29 septembre 2015 à 23h10 : Sur les traces de HUMAN
        Les deux faces de l’homme
         
        - Mardi 29 septembre 2015 à 00h05 : L’aventure HUMAN
         
        - Mardi 29 septembre 2015 à 01h05 : Les histoires de HUMAN
         
        - Mardi 29 septembre 2015 à 02h25 : Les visages de HUMAN
         
        - Mercredi 30 septembre 2015 à 0h35 : Sur les traces de HUMAN
        A la croisée des deux mondes
         
        - Jeudi 1er octobre 2015 à 0h30 : La musique de HUMAN
         
        - Vendredi 2 octobre 2015 à 0h10 : Sur les traces de HUMAN
        La vie : une quête de sens

     

 

HUMAN Affiche du film

 

Frédéric Mounier pour La Croix  emploie le joli terme d' "opéra méditatif" pour qualifier "Human", c'est très juste. Malgré tout, j'ai bien peur que cette succession de témoignages qui dure 3 heures et 11 minutes ne réussise pas à captiver son auditoire dans un monde où tout doit aller vite et où la capacité de concentration est fortement diminuée par les sollicitations multiples. C'est pourquoi je conseille le visionnage en salle, le seul endroit où on ne sera pas dérangé et où on pourra vivre pleinement ces tête-à-têtes avec nos semblables du monde entier. C'est aussi en salle que l'on pourra apprécier le plus intensément toutes les images de la terre vue du ciel qui ponctuent les témoignages.

 

Il semble, au vu des horaires indiqués dans la programmation de France 2, que la diffusion télévisuelle sera un peu plus courte : 2 h 15 ?

 

Quant à  la mise à disposition gratuite sur Youtube, elle permet de voir le film découpé en trois parties. Voici donc cette première partie, consacrée aux thèmes  de l'amour, des femmes, du travail et de la pauvreté :

 

 

La deuxième partie du film aborde les thèmes de la guerre, du pardon, de l'homosexualité, de la famille et de la vie après la mort :

 

 

Et finalement, la troisième et dernière partie du film est centrée sur les thèmes du bonheur, de l'éducation, du handicap, de l'immigration, de la corruption et du sens de la vie.

 

 

En plus de mes doutes concernant la longueur du film, j'aurais aimé que soit indiqué au moins le prénom de chaque intervenant pour que ce soit moins anonyme et également le pays de chacun. Parfois, j'ai été déconcentrée parce que je cherchais à deviner où vit la personne en face de moi. Même chose pour les paysages montrés dans le film.

A noter la superbe bande-son du film, concoctée par Armand Amar. Cette collaboration fera l'objet d'un documentaire diffusé le 1er octobre sur France 2 à .... 0 h 30 !

 

Et finalement, si pendant longtemps j'ai plutôt défendu Yann Arthus-Bertrand lorsqu'il était attaqué et d'autres qui produisent des documentaires dans le genre parce que ça me semblait indispensable pour faire évoluer les mentalités, j'avoue que le succès grandissant des idées racistes et xénophobes en politique ainsi que les évènements des derniers mois accompagnés de réactions hallucinantes de rejet et de haine que j'ai pu lire me laissent perplexe. Pourtant, ces émissions battent des records d'audience d'après ce qu'on nous dit, mais dans la réalité, l'heure est à l'égoïsme et au repli identitaire. Alors faut-il en déduire que ces émissions ne prêchent qu'aux convaincus et laissent les autres de marbre ? Puisse ce documentaire permettre à chacun d'être plus apte à l'empathie envers ses semblables...

 

 Pour aller plus loin :

  • le site de Yann Arthus-Bertrand et sa fondation : GoodPlanet
  • une interview réalisée par Reporterre où sont posées des questions importantes comme par exemple le financement du film par la famille Bettencourt et d'autres actions un peu contradictoires du photographe : clic