Ce qui m'est arrivé est beaucoup moins bucolique qu'une balade champêtre au cours de laquelle j'aurais été suivie d'un joli papillon voletant dans l'air printanier et qui m'aurait permis d'utiliser cette expression !

En effet, si mon billet du jour porte ce titre c'est parce que c'est sur une de mes chaussures, celles que je laisse parfois sur le pas de la porte car elles me servent quand je veux aller au jardin, qu'un papillon a choisi (ou pas) de venir vivre...  sa dernière heure !

 

Quand je l'ai vu, j'étais étonnée et j'ai couru chercher l'appareil photo... seulement j'ai découvert rapidement qu'il n'avait servi à rien de courir : il ne bougeait plus... Ce fut l'occasion de l'observer, et me permettra peut-être d'en croiser d'autres, bien vivants ceux-là, maintenant que je connais mieux cette espèce.

 

Son petit nom est :

Proserpinus proserpina

ou Sphinx de l'épilobe.

 

Sa chenille est assez impressionnante : clic. A noter que c'est une espèce protégée en France depuis 1993.

 

2014-04-16-P1240914

 

 

2014-04-16-P1240905

 

 

 

2014-04-16-P1240909

 

 

 

2014-04-16-P1240911

 

 

 

2014-04-16-P1240918

 

 

 

 

2014-04-16-P1240917

 

 

Citation De luca Mort